Histoire porno gratuite de femmes très coquines

Les femmes françaises sont les plus coquines et les plus gourmandes de plaisir sexuel

Elaine veut être observée

Thématique(s) de ce récit porno gratuit : aucun

Simon Hanson se considérait comme un type normal. 1,80 m, cheveux bruns courts, taille moyenne. Il n'était pas un Adonis à proprement parler, mais il se maintenait en forme autant qu'il le pouvait. Il travaillait dans un bureau, faisait un travail peu passionnant, gagnait un salaire décent et possédait son propre appartement dans l'ouest de Glasgow. Il avait vu un couple de ses amis se marier et avait constaté les changements que cela avait apportés à leur vie. Il a failli se marier une fois, mais vers la fin de la relation, il a soudain eu un moment de lucidité et a dit à sa petite amie qu'elle allait peut-être se marier, mais que ce ne serait pas avec lui. Il avait trente ans et ne voulait pas faire ce qui était acceptable et s'installer.

Il passait beaucoup de temps à penser au sexe, et avait vécu de nombreuses expériences au fil des ans, dont certaines semblaient lui tomber dessus dans les circonstances les plus étranges, et il jouissait de la liberté que la vie lui donnait.

Simon était à une soirée de travail dans un pub de West George Street à Glasgow, un vendredi, qui était le pub habituel pour eux. Il se faisait tard et il savait qu'il devrait rentrer chez lui très bientôt. Il avait parlé à une de ses collègues, Elaine, un peu plus tôt et, comme d'habitude, elle lui avait proposé de le ramener chez lui, car elle n'habitait qu'à quelques kilomètres de chez lui.

Elaine avait quelques années de plus que lui. Taille moyenne, corps en forme de poire avec de belles hanches rondes et un cul, pas trop gros. Elle faisait probablement une taille 12 avec de beaux seins, peut-être un 36 C ou D, a-t-il deviné. Il a passé assez de temps à les regarder. Il avait remarqué depuis longtemps que ses chemisiers s'ouvraient à la bonne hauteur pour permettre à un œil curieux de bien voir un sein, ou du moins son soutien-gorge. Ses cheveux avaient toujours été coupés relativement courts, en un sexy bob brun. Elle était sexy comme l'enfer partout.

Vers 23 heures, ils étaient assis au bout d'une longue table avec tout le monde assis autour. Personne n'écoutait leur conversation et ils parlaient de choses assez personnelles. Elle lui a parlé de ses dernières vacances à Las Vegas, où elle avait vu un type en décapotable se garer à côté du bus dans lequel ils étaient et commencer à se branler. Elle avait raconté la même histoire lors d'un déjeuner d'équipe qu'ils avaient eu une semaine auparavant, et il avait dit cela, mais elle avait répondu ;

"J'ai fait comme si j'étais dégoûtée quand je l'ai raconté à tout le monde, mais en fait j'ai apprécié... c'était bizarre de le regarder, mais c'était aussi... un peu érotique... de le voir se faire ça devant moi." Elle semblait un peu gênée de l'admettre, ainsi que Simon ;

"Eh bien, c'est normal d'être excité en regardant les autres comme ça."

"Je sais. As-tu déjà vu quelqu'un faire ça ou autre chose ?" demanda-t-elle.

"J'ai vu quelques choses. Qu'en avez-vous pensé ? dit-il, en le détournant vers elle.

"Je pense que le gars doit aimer être regardé s'il faisait ça devant un bus plein de monde."

"Oui, il doit prendre son pied, mais je n'aurais pas le culot de faire ça devant un bus plein de passants" a-t-il dit, espérant qu'elle allait capter quelque chose.

"Et devant quelques personnes ?" a-t-elle demandé.

"Probablement..." dit-il "mais il faudrait qu'ils soient de très bons amis ou de parfaits étrangers. Quelqu'un en qui vous pourriez avoir confiance pour ne pas causer de problèmes plus tard ou quelqu'un que vous ne reverriez jamais".

"Quand l'avez-vous fait pour la dernière fois ?" a-t-elle demandé.

"Euh, qu'est-ce que tu veux dire ?" Il ne voulait pas commencer à admettre quoi que ce soit à ce stade.

"Je veux dire, quand vous êtes-vous masturbée pour la dernière fois ?" a-t-elle dit. Normalement, il aurait trouvé bizarre de parler de ça avec quelqu'un d'autre que ses meilleurs amis, mais il était assez ivre maintenant, bien qu'il soit encore abasourdi par la question, alors il lui a renvoyé la balle.

"Eh bien, dis-moi d'abord quand tu l'as fait pour la dernière fois... quand t'es-tu masturbé pour la dernière fois ?"

"'Qu'est-ce qui vous fait croire que je le fais ?"

"Tout le monde ne le fait pas ?"

"Allez, dis-le-moi", dit-elle.

"Alors, tu le fais ?" il a poussé.

"Oui, c'est vrai, mais je t'ai d'abord demandé quand tu l'as fait pour la dernière fois."

"Il y a deux jours...." il a dit "..... et maintenant, et toi ?".

"Ce matin, avant le travail" lui a répondu. Il s'est immédiatement excité à l'idée qu'elle joue avec sa chatte.

"Ouais ? !" dit-il un peu trop fort.

"Oui", lui répondit-elle.

"Alors, tu penses que tu serais capable de le faire devant d'autres personnes ?" a-t-elle demandé.

"Je pourrais, oui."

"Tu as l'air très sûr. Tu l'as déjà fait ? Devant quelqu'un ?" Il a fait un signe de tête.

"Qui était-ce ?" demanda-t-elle.

"Un ami à moi."

"C'était quand ?"

"Il y a quelques années et...umm...bien plus récemment je suppose" répondit-il. Ses yeux s'élargirent à ce moment-là.

"Plus récemment ? Comment ça, récemment ?"

"Je ne sais pas, il y a quelques mois."

"Tu t'es vraiment branlé devant un ami il y a quelques mois ?!"

"Ouais". Silence.

"J'aurais aimé voir ça" dit-elle doucement, en le regardant. Silence à nouveau.

"Tu aurais aimé voir ça ?" demanda-t-il lentement. Elle a fait un signe de tête.

"Quoi exactement ?" demanda-t-il.

"Comment ça, "quoi" ?"

"Je veux dire pourquoi..... est-ce que c'est regarder deux mecs se branler, ou juste regarder un mec se branler ?"

"Non, je peux voir ça chez moi" s'arrêta-t-elle, regardant en bas, "J'aurais aimé te voir te branler."

"Moi ?" dit-il d'un ton incrédule.

"Oui, j'aurais aimé te voir te branler" dit-elle très sérieusement, en le regardant en arrière. Il était stupéfait.

"As-tu aimé être regardé par ton ami ?" demanda-t-elle.

"Oui", il a fait un signe de tête.

"Aimerais-tu que quelqu'un d'autre te regarde un jour ?" demanda-t-elle lentement.

"Où veux-tu en venir ? ...qu'est-ce que tu proposes ?" dit-il en riant à moitié. Elle ne répondit pas pendant quelques instants, et il pensa qu'il était allé un peu trop loin.

"Je parlais à Alan il y a quelques jours, parce que c'est quelque chose dont nous avons parlé, vous savez, être surveillé, et... nous aimons tous les deux l'idée d'être surveillés, vous savez... faire l'amour" dit-elle, et il est resté silencieux, se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir dire ensuite.

"Nous parlions de la manière de le faire, de la façon dont nous pourrions impliquer quelqu'un, et nous avons pensé à faire de la publicité pour quelqu'un sur Internet, mais bien que cela puisse être un peu dangereux, nous avons pensé à quelqu'un que nous connaissions et à quelques personnes, mais nous avons pensé que cela pourrait gâcher une amitié si cela se passait mal..." il l'a regardée et s'est tu pendant qu'elle parlait "... mais ensuite j'ai commencé à penser à d'autres personnes, et.... j'ai pensé à toi, parce que je sais que tu as l'esprit assez sale..." elle a ri ".... et on s'entend bien, et il fallait que ce soit avec quelqu'un que je pensais être..... tu sais....squelqu'un que j'étais umm...que je trouvais gentil, comme, qui me plaisait, et je voulais te parler de ce genre de choses pour voir ce que tu en pensais, et mon Dieu je vais un peu....... .et tu sembles aimer l'idée de regarder, alors j'ai pensé que je te demanderais si tu voudrais...... si tu es intéressé à nous voir... nous regarder, Alan et moi... faire... l'amour. Qu'est-ce que tu en penses ?"

"Putain de merde" dit-il lentement et il se tait.

"Qu'est-ce que tu penses..... voudrais-tu ?" demanda-t-elle en cherchant une réaction.

"Ouais, je voudrais....oui..... s'il vous plaît" dit-il bêtement.

"Sérieusement !? Vous le ferez ? J'avais tellement peur de demander à quelqu'un, et de vous demander de le faire."

"Oui, je vais le faire. Ça veut dire que je vais pouvoir voir tes seins après toutes ces années où je n'ai vu que de petits aperçus" a-t-il un peu ri.

"Qu'est-ce que tu veux dire ?"

"Vos chemisiers sont toujours ouverts sur le devant et j'essaie de regarder dedans pour voir ce que je peux voir."

"Et qu'avez-vous vu ?"

"Un peu, mais jamais assez", dit-il en riant.

"Je sais que vous avez regardé parce que je vous ai vu plusieurs fois, debout à côté de mon bureau."

"Bon sang, c'était si évident ?" Il se sentait mal d'avoir été si évident.

"Ne t'inquiète pas, tu n'es pas le seul et j'avais l'habitude de ...., de l'aider un peu pour que tu puisses voir de la chair, et voir si ça pouvait avoir un effet sur toi, mais je n'ai jamais remarqué !

"Est-ce que ça a eu un effet ? Oui",

"Vous avez une érection ?" demande-t-elle, l'air surpris.

"Fréquemment. J'aurais aimé savoir que tu me montrais des petits morceaux, ça aurait été tellement mieux."

"Et j'aurais aimé savoir que je te faisais bander", lui sourit-elle en le regardant dans les yeux. Il regarda autour de lui pour s'assurer que personne n'avait entendu son commentaire, mais le reste du groupe était engagé dans des conversations très alcoolisées.

"Eh bien, vous l'avez fait, et... vous l'avez fait", dit-il en la regardant et en appuyant rapidement sur son entrejambe pour vérifier, même s'il pouvait le sentir palpiter ".....cos j'en ai une en ce moment."

"L'avez-vous..... vraiment ?" dit-elle avec un air étonné, ses yeux s'élargissant. Il a serré sa bite dans son pantalon, pour en montrer la forme.

"Tu vois ?" Il pouvait la voir la regarder pendant quelques secondes.

"Je peux......... je peux la toucher ?" demanda-t-elle en jetant un coup d'œil le long de la table, se sentant elle-même nerveuse de la conversation qu'ils avaient.

"Continuez" a-t-il dit, et elle l'a fait. Ses doigts fins ont appuyé sur le renflement au bout de sa bite, envoyant des sensations à travers son corps, et celui-ci a émis des pulsations qu'elle a immédiatement ressenties. Il a vu ses yeux le fixer, et elle a appuyé sa paume sur son renflement et l'a fait courir sur toute la longueur de son pénis, puis l'a retiré rapidement en sachant combien c'était risqué.

"C'était agréable", dit-il en respirant un peu plus fort. "Alan sait-il que vous alliez me demander ce soir ?"

"Oui, je dois lui téléphoner et lui faire savoir ce que tu as dit."

"Quand est-ce que tu voulais faire ça ?"

"Bientôt, pas ce soir. Et demain soir ?"

"Excellent......", il a dit ".... et pourquoi pas des règles de base. Jusqu'où allons-nous ?".

"Eh bien, je vais baiser Alan devant toi", dit-elle sans détour.

"Je sais, mais moi, je peux me branler quand tu le fais ?"

"Mon Dieu, ouais, tu ne vas pas rester assis là à regarder, je veux que tu te joignes à moi" a-t-elle dit. Il essayait de savoir exactement quel était son rôle, et s'il serait capable de la toucher, comme il l'avait fantasmé pendant des années, et si elle lui donnerait un coup de main avec sa bite.

"Quand vous dites "participer", que voulez-vous dire par "exactement" ?"

"Eh bien, j'ai toujours voulu jouer avec la bite de deux mecs en même temps, alors si tu n'as pas d'objections, tu pourrais me prêter ta bite pour jouer avec quand Alan me baisera."

"Bien sûr, pas de problème." Il a été surpris de son admission, mais il s'est excité à l'idée.

"Est-ce que je pourrai te toucher aussi, ou est-ce que c'est juste un moyen ?" demanda-t-il avec beaucoup d'espoir.

"Non, c'est bon, tu peux me toucher si tu veux"

"N'importe où" ?

"Oui, n'importe où. Disons que pour l'instant il n'y a pas de règles, d'accord ?" Il a pris une gorgée de sa pinte, conscient de son énorme érection et se demandant ce qui allait se passer la nuit suivante.

Elle a dit qu'elle allait appeler Alan pour qu'il vienne la chercher et le ramener chez lui, comme convenu.

Quand ils sont sortis, Alan était là dans sa voiture, et Simon est monté sur le siège arrière, Elaine à l'avant. Simon et Alan ne se connaissaient pas très bien, car ils semblaient ne se rencontrer que lorsque Simon était ramené chez lui. Elle lui avait dit au téléphone que Simon avait accepté, et Alan avait l'air un peu mal à l'aise lorsqu'il est monté dans la voiture, mais Elaine s'est mise à parler et lui a dit qu'elle lui en avait parlé et qu'elle lui avait expliqué ce qui allait se passer. Alan s'est tourné vers Simon et lui a dit

"Ça te va, alors, tu ne trouves pas ça un peu bizarre ?"

"Non, je suis d'accord avec ça, et toi alors, tu ne trouveras pas ça bizarre que je vois Elaine comme ça ?" bien qu'il ait dû s'avouer à lui-même que c'était une situation bizarre.

"C'est en partie pour nous, de connaître quelqu'un que nous connaissons, et Elaine aussi, de nous voir faire ça."

"Il est excité en ce moment..." dit-elle, et Simon vit sa main sur les genoux d'Alan alors qu'il conduisait "...n'es-tu pas chéri ?", et Alan hocha la tête.

"Moi aussi, pour être honnête" dit Simon. Elle regarda Alan, puis retourna vers Simon.

"Tu veux revenir nous regarder à l'instant ?"

"Et demain soir ?" demanda-t-il.

"Oui, je veux toujours faire ça, mais comme Alan est tellement excité en ce moment, je vais devoir le sucer quand je rentrerai à la maison, alors autant que tu viennes avec nous pour nous regarder."

"Ouais, d'accord" marmonnait-il, essayant d'imaginer ce dont il allait être témoin.

Alan est allé chez eux en voiture, et Simon les a suivis, commençant à se sentir très nerveux, bien qu'il ait été assez ivre. Elaine était également ivre. Dans leur salon, Alan s'est assis sur le grand canapé rouge, et Elaine à côté de lui. Simon s'est assis en face, dans une chaise simple, et a attendu. Alan s'est détendu sur sa propre chaise et a laissé Elaine passer ses mains sur sa poitrine puis sur son entrejambe.

"Encore dur.....", dit-elle, "il doit y avoir une éruption là-dedans, il faut la faire sortir". Elle ouvre son pantalon, le tire un peu, le tire vers le bas, tâtonnant à l'intérieur pour essayer de dégager sa bite des attaches de son pantalon. Elle l'a sorti de son pantalon et l'a tenu fermement avec ses doigts fins autour de la tige, et a regardé Simon en face.

"Il a une belle bite, n'est-ce pas ?".

"Je suppose que oui", dit-il. Il ne l'avait jamais vue aussi sexy. Il la regardait dans les yeux avec une bite à la main et s'apprêtait à la mettre dans sa bouche. Ces jours-là, au bureau, ne seraient plus jamais les mêmes. Il savait que cette photo lui passerait constamment par la tête.

Elle a commencé à le branler, lentement, en utilisant toute la longueur de sa bite, puis s'est penchée, a léché le bout et a glissé sa bouche juste au-dessus du bouton. Il a haleté bruyamment. Il l'a regardée, puis il a regardé Simon et ils se sont juste souri nerveusement l'un à l'autre. Elle faisait courir ses lèvres sur toute la longueur de sa queue, et il a roulé la tête en arrière, et a fermé les yeux. Simon pouvait entendre les bruits sourds de sa salive sur son pénis pendant qu'elle le suçait. Elle s'est détachée, l'a masturbé et l'a regardé.

"Tu es toujours aussi dur ?" lui demanda-t-elle.

"Extrêmement."

"Sors-le alors."

"Je ne sais pas si... je ne veux pas vraiment... j'attendrai jusqu'à demain" dit-il en trébuchant sur ses mots.

"Continuez. Même si tu ne veux pas te branler maintenant... laisse-moi juste le voir."

Il a défait la fermeture éclair de son jean, et a baissé son caleçon, de sorte que sa tige était bien en place. Il a pressé son pouce contre la base pour la faire tenir plus verticalement.

"Laisse-moi voir tes couilles aussi."

Il a tiré ses vêtements plus bas pour que ses couilles soient visibles et a automatiquement saisi sa queue pour se libérer un peu des sentiments qui la traversaient. Elle la fixait et continuait à branler son mari.

"Es-tu chauve en bas ?"

"Oui, je la garde taillée."

"Tu te rases ? Alan ne fait pas ça"

"Cela lui donne aussi l'air un peu plus grand, ce qui est pratique"

"Quelle est ta taille ?" demande-t-elle, la main s'arrêtant en regardant la bite de l'autre homme.

"Un peu plus de 20 cm."

Sa main s'est remise à bouger lorsqu'elle a vu la bite de Simon.

"Bien" dit-elle, en glissant à nouveau sa bouche sur la bite d'Alan. Simon se branla doucement, sans même essayer de se faire jouir, car de toute façon, avec la quantité qu'il avait dû boire, ce serait difficile. Elle a sucé Alan tout en regardant Simon. Alan a gémi en disant qu'il allait bientôt jouir, et elle s'est envolée.

"Je ne peux pas venir dans ta bouche ?", dit-il en haletant.

"Je veux le voir. Et je veux que Simon le voit aussi." Elle lui a branlé la bite, en accélérant, et Simon l'a vu se concentrer. Ses yeux étaient fermés, et il a commencé à pousser ses hanches vers l'avant, et ils regardaient tous deux sa bite quand il a commencé à jouir, grognant alors qu'il jetait une énorme fontaine de sperme en l'air, éclaboussant son ventre et la main d'Elaine.

Simon se branlait aussi plus fort, mais il avait l'impression de n'arriver à rien, même si c'était un énorme plaisir de voir la main d'Elaine couverte de sperme, et voir ce pénis en érection s'envoler juste devant son visage faisait palpiter la bite de Simon encore plus.

La bite d'Alan a reçu environ cinq jets de sperme, la plupart atterrissant sur son ventre, mais une bonne couche de sperme se trouvait sur sa main. Il avait l'air épuisé, et il s'est juste assis avec la tête en arrière et les yeux fermés, sa bite encore dure à la main. Elle lâcha prise et les cordes de sperme pendaient entre sa main et sa bite. Elle essuya sa main sur sa cuisse, mais Simon pouvait voir qu'elle brillait encore avec ses sucs. Alan avait l'air absolument foutu. Il a ouvert les yeux et a murmuré "Jésus..."

"Tu vas le faire ?" dit-elle à Simon.

"Non..... je ne peux pas..... je suis un peu énervée. Je vais juste le garder jusqu'à demain" dit-il, en tenant toujours sa tige érigée bien droite pour qu'elle puisse le voir, ce qu'elle pouvait faire, et il pouvait la voir le regarder attentivement.

"Je ferais mieux d'y aller" dit-il, et il remit sa bite dans son pantalon, et essaya de remonter sa fermeture éclair mais n'y arriva pas. Il s'est levé pour ajuster son jean autour de sa bite et a fermé sa fermeture éclair.

Il a trié ses vêtements et a fait un geste pour partir. Alan a dit qu'il allait chercher la voiture et Elaine l'a essuyé avec un mouchoir, puis les deux gars sont partis pour aller à la voiture. Le trajet n'a duré que dix minutes, et ils ont brièvement parlé d'Elaine.

"Tu sais qu'elle veut avoir deux gars, n'est-ce pas ?" a-t-il dit.

"Oui, elle m'a dit qu'elle voulait jouer avec deux bites en même temps."

"Je sais, elle veut voir si elle peut en sucer deux en même temps, ça te va ?" a-t-il dit.

"Elle veut me sucer la bite ?"

"Elle n'a pas dit ?"

"Elle a dit qu'il n'y avait pas de règles, mais je ne savais pas exactement ce qu'elle voulait dire.... tu sais, jusqu'où je pouvais aller."

"Comme je l'ai dit, elle veut te sucer. Elle a dit qu'elle n'était pas sûre de vouloir coucher avec toi, mais je pense qu'elle disait ça pour épargner mes sentiments, mais je veux la voir faire ça avec un autre mec, pour que tu sois presque sûr qu'elle te baise demain soir, mais ne lui fais pas savoir que j'ai dit ça. Suis le mouvement et laisse-la dire ce qui se passe."

***

La nuit suivante, Alan est venu chercher Simon, et ils sont repartis en voiture. Simon pensait pouvoir voir qu'Alan avait la gaule, et c'est ce qu'il a fait. Il a dû s'adapter, et Alan l'a remarqué.

"Tu as hâte d'y être ?", dit-il. Simon a fait un signe de tête. Chez eux, ils sont retournés dans le salon, où Elaine était assise. Alan leur versa quelques boissons, et ils ne perdirent pas de temps, en partie parce que la glace avait été brisée la veille.

"Tu vas le laisser voir tes seins ?" dit Alan, et avec cela, Elaine se leva et s'approcha de Simon qui était encore debout et se mit devant lui. Elle déboutonna son chemisier, l'ouvrit en montrant son soutien-gorge en dentelle. Il a regardé ses seins, s'émerveillant de la texture de sa chair dans le gonflement de son profond décolleté. Il n'avait jamais vu autant de choses auparavant.

Alors qu'il ouvrait son chemisier en dévoilant sa poitrine, il pouvait voir un soupçon de son mamelon à travers la dentelle. Elle laissa tomber son chemisier, puis dégrafia rapidement son soutien-gorge, et le retira de ses épaules. Le tenant à l'avant, elle le glissa lentement le long de ses seins, s'arrêtant presque avant que la dentelle ne glisse sur ses mamelons, libérant ainsi les seins auxquels il avait pensé tant de fois auparavant. Ils étaient pleins, et arrondis, avec des mamelons lisses et foncés, et se balançaient doucement quand elle bougeait. Il s'est immédiatement dézippé, a saisi son pénis et l'a branlé lentement pour relâcher un peu de pression.

"J'espère que ça ne vous dérange pas. Je ne peux pas m'en empêcher", dit-il.

"Pas du tout, allez-y", lui répondit-elle en s'agenouillant devant lui, en regardant attentivement sa bite, puis elle s'avança et lui brossa les seins en travers du bouton, de sorte qu'il se glissa entre son décolleté, puis elle se leva. C'était si bon d'avoir sa peau lisse contre sa bite.

Elle a desserré son pantalon noir et l'a laissé glisser jusqu'au sol, puis s'est penchée pour enlever sa culotte, et Simon a pu voir son cul, et un aperçu de sa chatte quand elle s'est penchée. Elle s'est retournée pour lui montrer sa nudité. Sa chatte avait l'air bien taillée. Elle s'est approchée d'Alan et s'est assise à côté de lui sur le canapé. Il a enlevé son pantalon, libérant sa bite en érection puis sa chemise, donc il était nu lui aussi. Elle a frotté sa main sur ses couilles, les massant puis a commencé à le branler. Après avoir fait cela pendant une minute et avoir regardé Simon, elle a établi un contact visuel, puis a baissé la bouche sur son outil. Lorsqu'elle s'est penchée plus loin, ses jambes se sont ouvertes et Simon a eu une vue incroyable de sa chatte, et il a commencé à se branler plus fort. Elle a arrêté de sucer et a dit

"J'ai besoin de baiser maintenant".

Elle s'est déplacée et s'est assise à cheval sur Alan, et, dos à Simon, a guidé son érection dans son trou. Elle s'est penchée vers lui, et Simon a pu voir ses lèvres de chatte tendues autour de la tige et son trou de cul plissé. Elle se retourna à moitié pour regarder Simon et lui dit : "Enlève ton pantalon pour que je puisse te voir. Il s'est levé et les a enlevés, puis il s'est dirigé vers la chaise d'en face et s'est assis.

"Et ta chemise, tu pourrais aussi bien te mettre complètement à poil". Simon a passé sa chemise par-dessus sa tête et l'a fait tomber sur le sol.

Elle a regardé Simon de haut en bas en rebondissant très doucement sur la queue de son mari, et il a vu ses yeux s'attarder sur son entrejambe.

"Elle a l'air plus grosse, sans cheveux en bas, bien que je pense que tu sois assez grosse de toute façon."

"Je pense que c'est mieux." Alan s'est penché pour jeter un coup d'oeil aussi, et s'est arrêté de baiser pour regarder la bite de Simon.

"Viens ici que je puisse la voir", elle a dit. Il s'est approché et s'est mis nu à côté d'eux, son érection vacillant devant lui. Elle le fixa et recommença doucement à baiser son mari.

"Je peux la toucher ?" demanda-t-elle. Simon fit un signe de tête et elle lui frotta la main sur le ventre, juste au-dessus de sa queue, où les cheveux étaient très clairsemés.

"Ça fait du bien."

"Je fais surtout mes couilles pour qu'elles soient lisses." Elle a fait courir sa main sur ses testicules, en frottant brièvement le bout de ses doigts contre la tige de sa bite.

"Elles sont tellement lisses", alors qu'elle faisait courir ses mains autour et sous ses couilles, les coupant et les caressant. Tout en caressant les couilles de Simon, elle s'est posée sur la bite d'Alan en bougeant ses hanches dans un mouvement circulaire, puis elle a commencé à glisser de plus en plus vigoureusement sur sa bite en lâchant les couilles de Simon.

Il s'est assis sur le canapé à côté d'eux, se branlant, pendant qu'ils regardaient tous les deux. Elle a rebondi sur Alan assez fort pour lui enfoncer sa bite dans le corps, et s'est penchée sur lui pour que ses seins lui tapent sur le visage. Il a pris son mamelon entre ses lèvres et l'a sucé très fort. Après quelques minutes de baise, elle a ralenti et a glissé de sa bite, puis s'est agenouillée devant eux deux, et leur a dit de bouger ensemble. Alan et Simon se sont rapprochés, mais sans se toucher.

Elle a alors pris une bite dans chaque main, et a commencé à les branler avec les deux mains.

Elle l'a fait très lentement, en regardant ses mains glisser de haut en bas de chaque tige, de sorte que leurs prépuce ont glissé de haut en bas.

"Rapprochez-vous l'un de l'autre" et ils l'ont fait, alors leurs cuisses ont été fortement pressées l'une contre l'autre, elle a de nouveau tenu leurs bites, et s'est rapprochée, tirant leurs bites l'une vers l'autre, les obligeant à se tordre jusqu'à ce que leurs bites se touchent. Simon regarda sa tête de bite glisser contre celle d'Alan et poussa ses hanches vers l'avant. Elaine ouvrit la bouche en grand, et glissa ses lèvres sur les deux têtes de bite, et ferma la bouche autant qu'elle le put, faisant tourbillonner sa langue sur le gland.

Il était impossible d'en aspirer davantage dans sa bouche, mais cela leur suffisait. Pour Alan, regarder sa femme sucer la bite d'un autre type était une énorme excitation et pour Simon, c'était comme un rêve.

Elle a relâché les bites et a remis Simon dans sa bouche. Elle a sucé fermement son bouton et l'a fait glisser sur toute sa longueur.

Il la regardait attentivement, voyant sa salive briller sur sa peau alors que ses lèvres traînaient le long de son pénis.

Il s'est penché à deux mains et a coupé ses seins qui se balançaient d'avant en arrière pendant qu'elle le suçait. Ils étaient merveilleusement doux et lourds et il lui pinçait les tétons, ce qui la faisait gémir et la faisait sucer plus fort sur sa queue.

"Alan, je veux que tu me baises encore, passe derrière moi" dit-elle rapidement, ne manquant pas un seul coup. Alan se mit par terre, se positionna derrière elle, et facilita son érection dans sa chatte, et elle gémit, ce qui eut un effet étonnant sur la bite de Simon, envoyant des sensations orgasmiques à travers elle, à partir des vibrations de sa bouche.

Alan a baisé Elaine, et Elaine a sucé Simon. De temps en temps, elle le sortait de sa bouche, quand Alan commençait à la baiser plus fort, et à le branler, et sa queue se frottait sur son visage. Simon s'allongeait et se détendait pendant qu'elle le suçait et le branlait pendant dix minutes, tandis qu'Alan la secouait fort par derrière.

Il n'est pas venu, et s'est retiré d'elle, et s'est assis à nouveau à côté de Simon sur le canapé, à sa gauche. Elaine s'est assise entre eux et a pris leurs bites dans ses mains et les a branlés tous les deux à nouveau. Simon lui a caressé la cuisse, en se dirigeant vers sa chatte, puis a passé ses doigts sur sa chatte, qui était trempée. En pressant, il lui a glissé un doigt à l'intérieur et l'a baisée doucement avec son doigt. Il s'est penché et a pris son mamelon dans sa bouche, léchant, suçant au fur et à mesure que son mamelon devenait dur, et mordant doucement dessus, pendant une minute. Son doigt a alterné entre son clitoris et son trou. Elle s'est allongée et l'a laissé faire, et a bientôt commencé à jouir, elle a gémi profondément, et a poussé sur sa main.

Ses mains étaient toujours autour des deux bites, mais sans véritable rythme, et Alan aimait regarder sa femme se faire doigter par quelqu'un d'autre.

Sa tête roulait d'un côté à l'autre, tandis que son orgasme s'intensifiait, ses seins se soulevaient avec sa respiration profonde. Ses jambes se sont encore plus ouvertes lorsqu'elle a haleté et couiné en arrivant, sa tête tombant vers l'avant pour regarder les doigts de Simon en elle, son bassin s'appuyant sur sa main. Sa tête s'est envolée vers l'arrière, et il a senti les muscles de sa chatte se contracter autour de ses doigts à plusieurs reprises, et a frotté son clitoris plus fort pour elle. Elle semblait être dans un état de rêve, alors qu'elle gémissait et gémissait pendant son orgasme. Elle s'est vite calmée et sa respiration s'est ralentie. Il ralentit sur son clitoris, et se contenta de frotter doucement pendant une minute après pour la faire redescendre lentement. Elle a ouvert les yeux.

"C'était bien", dit-elle doucement. "Je veux que tu me baises" dit-elle en regardant Simon.

"Tu es sûr ?", il était surpris. Elle a regardé Alan et est revenue vers lui.

"Oui. Baise-moi. Utilise cette grosse bite pour me baiser" dit-elle simplement.

Simon a glissé sur le sol, et s'est déplacé entre ses jambes. En posant ses mains sur ses genoux, il les écarta lentement, et sa chatte étincelante apparut, et il vit ses lèvres se détacher. Elle s'est glissée un peu sur le canapé, et Simon a commencé à se branler pour que sa bite soit aussi dure que possible, puis il s'est mis à genoux et a dit

"Il faut que je le fasse."

Il s'est approché de sa chatte aussi près que possible, et a lentement léché la longueur de sa fente, jusqu'à son clitoris, qui était encore un peu sensible, et il a senti son tic-tac lorsque sa langue l'a touché. Elle le regardait en bas et il a levé les yeux et leurs regards se sont croisés alors qu'il pressait à nouveau sa langue contre sa chatte. Il a utilisé ses doigts pour écarter ses lèvres le plus possible et il a pu voir le rose de son vagin, brillant de ses sucs, et son trou de chatte.

Il la lécha à nouveau, mais cette fois-ci, il enfonça sa langue profondément dans son trou, de sorte que son menton était contre son trou de cul, et son nez était écrasé dans ses poils pubiens. Il l'a baisée avec sa langue du mieux qu'il pouvait, puis il s'est mis à genoux, et a attrapé sa banderole, a tiré son prépuce en arrière pour montrer son bouton violet profond, et l'a poussé contre sa chatte, puis l'a tiré vers le haut, donc ses lèvres de chatte, l'ont contourné. La poussée suivante, et il s'est glissé facilement. Elle était tellement mouillée. Il a plongé en plein dedans, de sorte qu'il avait les couilles bien enfoncées dans sa chatte, et son ventre était contre sa chatte.

Il se tenait là, et pouvait sentir la chaleur de sa chatte autour de sa queue. Il sortit lentement et vit ses sucs se répandre sur son pénis. Lentement, il la pénétra à nouveau, puis commença à la baiser à un rythme régulier, en la secouant de temps en temps, de sorte que ses couilles se plaquaient contre son trou de cul. Elle lui a fait un mouvement de hanche en arrière et a vraiment poussé sa chatte sur sa bite. Il savait qu'il se rapprochait de l'objectif et l'a dit.

"Tu veux que je vienne en toi, c'est d'accord ?"

"Non, je veux qu'Alan vienne en moi, et je veux que tu le fasses sur moi pendant qu'Alan me baise."

Il l'a baisée un peu plus longtemps, mais il a gardé le rythme lent, atteignant parfois l'orgasme puis se contrôlant pour ne pas faire exploser sa charge en elle. Finalement, il s'est retiré et s'est positionné à côté d'elle pendant qu'Alan se mettait entre ses jambes.

Il a regardé son mari lui glisser sa bite dans le corps et commencer à la baiser, et elle s'est mise à le branler, en tirant sa bite contre ses seins. Il aimait voir son mamelon se frotter contre son bouton, et il a frotté sa paume sur sa poitrine, le long de son ventre, à sa chatte pour lui frotter le clitoris et il a laissé ses doigts glisser sur le pénis d'Alan et a senti sa dureté se frotter contre le côté de sa main.

"Bouge un peu", dit-elle. Il l'a fait, et elle a pris sa bite dans sa bouche et l'a sucé doucement pendant qu'il la masturbait. Elle lécha très lentement autour de sa tête de bite et de son gland. Alan a regardé sa femme lécher la bite d'un autre homme et a dit qu'il allait bientôt venir. Il a commencé à la baiser plus fort, et Simon a regardé ses seins glisser le long de sa poitrine pendant qu'elle prenait les coups. Sa bouche était toujours sur sa bite, et il a senti que son orgasme approchait aussi. Alan ralentit, se raidit et gémit profondément en entrant en elle, et la pompe en rythme avec son sperme qui se déverse dans sa chatte.

Elle a laissé la bite de Simon sortir de sa bouche, l'a saisie et l'a branlé fort en sentant le sperme d'Alan se précipiter en elle. Sa bouche était ouverte et elle a brandi la bite de Simon dans son visage. En regardant Alan arriver, elle a fait basculer Simon par-dessus bord, et il est venu aussi. Elaine a senti le pouls de sa bite dans sa main, et l'a regardé pour voir sa venue, et elle l'a fait. Il a giclé sur son menton lorsque sa bite a commencé à pomper, puis des flots de blanc sont sortis et ont recouvert sa joue, puis ses seins lorsqu'elle a pointé sa bite vers le bas. Elle regardait attentivement la tête de sa bite lorsqu'il lui a jeté de l'eau partout et gémissait comme si elle revenait. Elle continuait à le branler comme une experte et attirait toutes ses jouissances sur son corps jusqu'à ce qu'il soit épuisé. Il laissa son souffle s'échapper lentement alors qu'il sentait les sensations se précipiter encore dans sa bite, mais s'estomper. Elle continua à le caresser doucement, puis elle lui introduisit sa bite dans sa bouche ouverte, de sorte qu'une goutte de son sperme tomba sur sa langue et lui ferma la bouche autour de sa bite. Elle se sentit douloureusement sensible lorsqu'elle le suça, goûtant son sperme.

Alan s'est éloigné d'elle et il a vu d'épaisses gouttes de sperme tomber sur le bout de sa bite. Il descendit immédiatement et la lécha en goûtant son jus mélangé au sien. Elle laissa Simon sortir de sa bouche, et sa bite traîna sur le sperme de sa joue, l'étalant sur le chemin. Il lui a peloté les seins et a adouci sa jouissance sur ses mamelons. Alan a vu cela et a fait la même chose, en se mettant le sperme de Simon sur les mains.

Simon s'est alors détendu sur le canapé et a regardé Elaine étendue là, couverte de son sperme, savourant la vue.

Elle a passé ses doigts à travers la fine pellicule de sperme, jusqu'à sa chatte, et a commencé à se doigter, en enfonçant plusieurs doigts dans son trou. En sortant ses doigts, elle les a offerts à Simon pour qu'il les goûte. Il s'est penché en avant pour prendre ses doigts fins dans sa bouche et a goûté ses jus, et pouvait encore reconnaître le goût du sperme. Le sien et celui d'Alans.

"Merci d'être venus, on recommencera un jour, peut-être même au travail. On ne sait jamais".

D'autres récits sexy :